Willkommen auf der Website der Gemeinde Satigny



Sprungnavigation

Von hier aus können Sie direkt zu folgenden Bereichen springen:
Startseite Alt+0 Navigation Alt+1 Inhalt Alt+2 Suche Alt+3 Inhaltsverzeichnis Alt+4 Seite drucken PDF von aktueller Seite erzeugen


événement précédent

Un trésor à Peney

 

Notre belle commune recèle un grand nombre de trésors historiques, mais il en est un que peu de gens connaissent. Il fut découvert, il y a plus d'un demi-siècle, par Monsieur Edmond Martin qui exploitait la Gravière du Pont de Peney. En voici les détails, parus dans le journal "Musées de Genève" de mars 1961. L'article est de Monsieur Nicolas Dürr, Conservateur du Musée d'Art et d'Histoire de Genève à cette époque.

Des fouilles à Peney ?
Récemment, M. Edmond Martin, propriétaire des gravières de Peney, trouvait au cours d'excavations un dépôt de pièces de bronze du Bas-Empire. Près de 3000 pièces se trouvaient enfouies à moins d'un mètre de profondeur, dans la couche de terre marquée d'une flèche sur la photographie.

Il s'agit fort probablement de la recette d'un marchand ou d'un douanier de l'octroi. On n'y compte en effet que des pièces de petite valeur, des quinaires, et la proximité du pont romain sur le Rhône à Peney rend cette interprétation vraisemblable : un mouvement commercial entre la Burgondie et le territoire de la rive gauche convergeait certainement vers ce pont.

La plupart des 3000 pièces de ce trésor portent les effigies d'empereurs romains du Ve siècle après J.-C. : Théodose II, Honorius et Arcade. Toutes sont marquées du signe de l'atelier monétaire de Constantina Arelate, actuellement Arles. Cependant, le style très barbare d'un certain nombre de ces pièces les désigne comme des imitations locales, par des communes peu civilisées, des émissions authentiques d'Arles.

Il faut y voir des monnaies de nécessité, alors qu'Arles ne semble plus pouvoir entièrement subvenir aux besoins de la région. Chose curieuse, parmi toutes ces pièces du Ve siècle on remarque quelques pièces du IIIe frappées en Gaule à l'effigie des empereurs Gallien et Tetricus, ainsi qu'un fragment d'une pièce d'Antonin le Pieu frappée en Macédoine : on préférait certainement les anciennes monnaies qui paraissaient de meilleur aloi.

Le dépôt trouvé par M. Edmond Martin était sans doute contenu dans un sac en cuir, car on ne trouve aucune trace de fibres adhérant aux monnaies. Un anneau de verre coulé polychrome fermait le sac; il est de fabrication typiquement burgonde.

L'état de conservation de ce trésor est médiocre, car les pièces, toutes de bronze, ont été attaquées au cours des siècles par le ruissellement des eaux dans ce terrain graveleux et perméable. Il est d'ailleurs rare de trouver en bon état ces petites monnaies facilement corrodées. Aussi celles qui sont nettes ont-elles un intérêt réel et une certaine valeur.

On peut dater assez exactement le trésor de Peney par les empereurs qui figurent sur les pièces : la plus récente émission monétaire du dernier, Honorius, se situe pour Arles vers 420 après J.-C. Par contre-coup on obtient une indication intéressante sur le développement de l'industrie du verre en Burgondie. Il est également remarquable de constater que notre territoire devait alors connaître une invasion ou tout au moins une pression de la part de ses voisins : sinon pourquoi enterrer une somme aussi modeste qu'une recette journalière en monnaie d'appoint ?

Il nous a paru nécessaire de signaler au public genevois la récupération de ce dépôt dans les gravières de Peney, car c'est la dernière découverte monétaire en Suisse. D'autre part on imagine souvent que de telles trouvailles se font dans des conditions mystérieuses. En réalité, bien des documents intéressants et même précieux sont mis à jour dans des endroits d'une parfaite banalité, et souvent par hasard, comme ce fut ici le cas. Voulez-vous tenter votre chance ?

Nicolas Dürr
Article transmis par Francine Omer-Martin pour le Groupe d'Histoire de Satigny
découverte pièces de bronze

vers l'aperçu



imprimer PDF